Née en 1998 à Réo, Idah Kévine BAMA a fait ses études primaires à l’école du secteur 10 de Koudougou. Après l’obtention du Certificat d’Etude Primaire, elle s’inscrit en 2018 au Collège Saint Joseph Moukassa où elle obtient son baccalauréat série D. L’obtention d’une Licence en géographie à l’Université Norbert Zongo est la preuve qu’elle arrive à concilier passion et étude.
Dans le monde de l'entrepreneuriat burkinabè, des jeunes arrivent à se faire une place malgré les difficultés. Parmi eux,  Wilfried Martial BADO. Au départ, son rêve c'est d'être un pilote militaire, mais par la suite il s'est orienté en économie. Aujourd'hui, il est le responsable d'une entreprise dénommée K-RISME, qui est spécialisée dans la confection des gadgets de papeterie en pagnes traditionnels.
A l’état civil Hippolyte Guiguemdé, Hygui Lion est un jeune burkinabè empreint de courage et de combativité, car la vie n’a pas été facile pour lui. De déchargeur de camion, Higui Lion est aujourd’hui un expert informaticien aux Etats-Unis. C’est un exemple de détermination et de persévérance.
Entre passion et travail, Gustave SORGHO, a su se frayer un chemin dans le monde de la cinématographie au Burkina Faso et en Afrique. Du métier d’instituteur à celui d’acteur et de comédien, en passant par l’agent de banque, il s'est toujours illustré par le travail. Son humilité, son abnégation et sa volonté de toujours apprendre lui ont permises d'être l’une des plus grandes figures emblématiques du cinéma burkinabè.
Il fait partie de ceux qui, pour atteindre leurs objectifs, se donnent à fond. Boukaré Nikiema après avoir traversé de dures épreuves s’est frayé un chemin dans le métier de la mécanique automobile. Son parcours inspire à aller de l’avant malgré les difficultés.
David SANON est spécialiste en mécanique générale. Il s’est formé au Niger, au Ghana et au Benin.  Aucune marque de voiture n’a l’air de lui résister. Il fait également partie de ces rares personnes qui parviennent à vivre de leur passion car pour lui, la mécanique est une passion.
Pour certaines personnes, il est parfois inconcevable, que la mécanique se conjugue au féminin. Cependant des femmes parviennent à se faire une place au sein de ces métiers dits « métiers d’hommes ».  Farha Neyma OUEDRAOGO brise les barrières et s’impose dans le métier de la mécanique auto. Du haut de ses 24 ans, elle est arrivée à l’instar de ses devancières, à surmonter ces stéréotypes.
Les ambitions de Didier Zongo de faire la promotion du mannequinat au Burkina Faso sont atteint. Il a contribué à former plus d’une centaine de personnes. L’homme est aussi engagé dans la défense des intérêts du monde culturel. Il est membre de l’Association des agences des mannequins promoteurs de mode au Burkina Faso (2AMP-BF). A côté de cela, Didier Zongo fait aussi partie de la FECAPA une fédération des filières de l’art plastique et l’art appliqué. Son engagement lui a valu le titre d’honorifique de Chevalier de l’ordre du mérite avec agrafe art.
C’est à l’âge de 18 ans que Timothée posera sur le podium officiellement en tant que mannequin professionnel. « Pour moi il n’y a pas d’étude type pour être mannequin, tous les chemins mènent au mannequinat si on répond aux critères » se défend le mannequin.
Elle a embrassé le mannequinat par amour. Les podiums au Burkina Faso où à l’international n’ont plus de secret pour Inès PARE, mannequin professionnelle. A vingt et un ans, elle concilie tant bien que mal études et mannequinat. L’air...
1,318FansJ'aime
1SuiveursSuivre
7SuiveursSuivre

Style Hunter

- Advertisement -
- Advertisement -

RECOMMENDED VIDEOS

POPULAR

MOST COMMENTED

Santé dans les Universités du Burkina : La MUNASEB ;...

0
Celle-ci assure une prise en charge médicale à tous les étudiants non-salariés, nationaux ou étrangers,inscrits dans les universités publiques et les institutions privées d’enseignement supérieur reconnues et homologuées par l’Etat burkinabè

HOT NEWS